C. Dr. Nequi no.9, 1 Pis B,

Mon-Sat 10:30-13:00

+376 694 589

C. Dr. Nequi no.9, 1 Pis B,

Mon-Sat 10:30-13:00

+376 694 589

Port Ellen

L’héritage vénéré de la distillerie Port Ellen

Parmi les nombreuses distilleries écossaises fermées, le nom de Port Ellen incarne la révérence et l’attrait. Son histoire est marquée par un parcours complexe, mais elle a consolidé sa position de trésor précieux pour les collectionneurs et les connaisseurs de whisky du monde entier.

En 2017, les propriétaires, Diageo, ont annoncé leur intention de relancer la distillerie qui avait cessé ses activités en 1983. La période allant de 1966-67 à la fermeture en 1983 a vu la création de certains des whiskies écossais les plus exceptionnels, qui continuent de captiver les amateurs. Depuis 2001, les embouteillages officiels de la distillerie publiés régulièrement par Diageo ont renforcé l’idée que la distillerie pouvait être ressuscitée, comme le mythique phénix renaissant de ses cendres.

Fondée par AK Mackay and Co en 1825 sur la côte sud d’Islay, la distillerie Port Ellen a connu un changement de propriétaire lorsque l’entrepreneur local John Ramsay en a pris les rênes en 1836. Le leadership de Ramsay s’est avéré déterminant, notamment par ses activités commerciales avec l’Amérique du Nord et son rôle déterminant dans l’innovation de l’alambic continu “coffey” à la distillerie. Il importa notamment du Sherry et du Madeira à Glasgow, fut une figure influente de la Chambre de commerce de la ville et fut même membre du Parlement. La propriété de Port Ellen a été transférée à DCL en 1925, marquant la fin de l’ère Ramsay.

Cependant, le destin de la distillerie a pris un tournant en 1983 lorsqu’elle a fermé ses portes. Un hiatus s’ensuivit jusqu’à ce que Diageo introduise, des années plus tard, une série d’embouteillages officiels Annual Release, mettant en valeur des fûts uniques âgés de 22 à 37 ans. Ces 17 bouteilles, sorties entre 2001 et 2017, sont aujourd’hui considérées comme l’un des objets de collection les plus convoités au monde. Des embouteilleurs indépendants, dont Douglas Laing, Gordon & Macphail et Signatory Vintage, ont également contribué à l’héritage avec leurs expressions distinctes.

En termes de goût, l’identité de Port Ellen est intimement liée à la tourbe d’Islay. Sa malterie vitale, l’une des plus importantes d’Écosse, utilise la tourbe pendant le touraillage, ce qui confère à l’orge des notes fumées et tourbées distinctes qui se retrouvent dans le whisky final. Le processus de maturation reposait autrefois sur 80 % de fûts de bourbon et 20 % de fûts de sherry. Les marques sœurs Caol Ila et Lagavulin utilisent également les installations de Port Ellen.

Les embouteillages emblématiques de Port Ellen ont consolidé son statut de trésor à collectionner. Le coffret complet de la série Annual Release Series, qui comprend des bouteilles de 2001 à 2017, a une valeur élevée, la collection complète atteignant environ 40 000 GBP. L’édition Port Ellen 1980 Queen’s Visit a atteint plus de 80 000 livres sterling en 2022, représentant le whisky de 12 ans d’âge le plus cher au monde, réputé pour sa rareté. Le Port Ellen 40 Year Old Cask #1883, qui fait partie de la série Casks of Distinction de Diageo, est un autre joyau très prisé, qui a rapporté 23 500 livres sterling en 2019, l’année de sa mise en bouteille.

Au milieu de ce riche héritage, un nouveau chapitre a commencé à s’ouvrir lorsque Diageo a annoncé la renaissance de Port Ellen en 2017. La distillerie a nommé Alexander McDonald, ancien distillateur de Lagavulin et Caol Ila, au poste de directeur de la distillerie en 2022. La production devant reprendre en 2023, Port Ellen est sur le point de se réveiller, insufflant à nouveau la vie à son héritage historique. Pour les passionnés de whisky, la saga de Port Ellen n’est qu’une des nombreuses histoires captivantes à explorer.

Top